Pour le week-end

Du théâtre et de la sculpture pour votre week-end

  • 2018_festivalFestival Enracinement / Déracinement / Déplacement

Certains d’entre vous connaissent Thierry Falvisaner. Avec sa compagnie, le Théâtre Charbon , il  porte ce projet de territoire qui propose théâtre, concerts, expositions, lectures et rencontres du 29 novembre au 4 décembre 2018 au Théâtre Gérard Philipe à Orléans-La Source.

L’occasion de voir et d’entendre OMAR KADDOUR, poète syrien, le groupe de l’ETHIO JAZZ avec ARAT KILO, accompagné par la chanteuse malienne MAMANI KEITA et le rappeur américain MIKE LADD, ADRIEN CHENNEBAULT, FRANCK JUBLOT, TIMOTE BALLO MALIK NEJMI, CHRISTOPHE MOREAU…  Tout le programme ici.

Et pour en savoir plus :

 

  • buffet-webBuffet garni  – Exposition proposée par le collectif d’artistes Le pays où le ciel est toujours bleu jusqu’au 16 décembre à Orléans.
    La sculpture est souvent montrée à partir de pièces monumentales ou d’installations grandiloquentes mettant en scène le contexte d’exposition : en galerie, au musée ou dans l’espace public. La sculpture semble à ce titre avoir abandonnée sa dimension d’objets intimistes enrichissant et agrémentant les espaces privés.

L’exposition Buffet garni interroge cet espace à partir d’un choix de pièces hétéroclites aux statuts parfois hybrides ou décalés. Ce registre contemporain tutoie joyeusement la tradition des arts décoratifs. (source : Le pays où le ciel est toujours bleu)

 

 S.J.

Publicités

La boîte noire et autres nouvelles

Le lundi, c’est lecture ! 

benaquistaLa Boîte noire et autres nouvelles –Tonino Benacquista

Une lecture rapide que ces cinq nouvelles, toutes très différentes, si ce n’est qu’elles mettent à chaque fois un personnage ordinaire dans une situation peu banale.

L’ordinaire, on croit le trouver dans Un temps de blues, où un homme, pour échapper à une pluie diluvienne, vient se réfugier dans un bar. Ce bar recèle un trésor, un juke-box, et les musiques le font voyager dans le temps, un temps où il savait arrêter la pluie. Saurait-il le faire encore ?

Dans Transfert, une femme est persuadée que son mari a des problèmes et doit voir un psy. Devant le refus du mari qui assure ne pas avoir besoin d’aide, la situation empire et le couple est en proie à une terrible crise – le manque de confiance et la jalousie s’installent. Le mari finira par céder et voir quelqu’un, comme elle l’avait suggéré, mais est-ce bien ce que la femme voulait au départ ?

Quand dans La Volière un vieil oncle meurt en disant « Je veux être enterré près de la  volière », on tente de respecter ses dernières volontés. Mais s’il n’y a aucune volière aux alentours, que faire ? C’est le début d’une incroyable recherche pour Jeannot, qui va aller de découverte en découverte. Son vieil oncle n’a pas eu la vie qu’il imaginait.

Un journaliste va vivre une folle journée. Alors qu’il n’a aucun avenir professionnel, une occasion en or s’offre à lui, mais il va de décision stupide en décision stupide et ruine toutes les chances qui lui sont données. (La Pétition)

Un jeune homme, là encore sans histoires, se retrouve à l’hôpital dans le coma à la suite d’un accident de la  route. Lorsqu’il sort du coma, un coma vigile comme lui expliquera l’infirmière qui l’a veillé, cette même infirmière lui donne un petit carnet dans lequel elle a noté son délire verbal de comateux. De retour chez lui, après bien des hésitations, il ouvre cette Boîte noire, et là commence un voyage dans son inconscient qui va transformer sa vie.

Les cinq nouvelles sont toutes très agréables à lire, notamment La Volière, et La Pétition, drôles et désopilantes, mais La Boîte noire sort quand même du lot. Particulièrement bien construite, avec une chute surprenante, elle donne matière à réflexion sur la mémoire et sur les mystères de l’inconscient. Pas étonnant qu’elle ait donné lieu à des adaptations en BD ( Ferrandez-Benacquista) et au cinéma (R. Berry).

boite noire

S.J.

Des rendez-vous de lecture

Vous aimez lire ? Vous souhaitez rencontrer vos auteurs préférés ? Trois rendez-vous à ne pas manquer.

  • BD Boum à Blois du 23 au 25 novembre 2018 pour les amateurs de BD – plus de 200 auteurs, des expositions, des rencontres, des ateliers, et un hommage à Pétillon. Tout le programme ici.

bdboum

Si vous pouvez aller plus loin,

  • France Inter à Radio France fête le livre les 24 et 25 novembre 2018

120 auteurs en dédicaces (la liste ici), des émissions en public, des débats, des rencontres, des lectures pour enfants. Tout le programme ici.

radiofrance

 

  • Salon livre et de la presse jeunesse –  du 28 novembre au 3 décembre – Montreuil

De nombreux auteurs en dédicace, des expositions ….tout le programme ici.

montreuil

S.J.

Underground railroad

Le lundi, c’est lecture ! 

colson whiteheadUnderground railroad – Colson Whitehead

Cora, 16 ans, esclave, va fuir la plantation de Géorgie dans laquelle elle est née et de laquelle sa propre mère s’est déjà enfuie. Elle part, guidée par Caesar, un esclave arrivé récemment, vers les Etats libres du Nord. En suivant le « chemin de fer  souterrain », tout au long de sa fuite, Cora nous fera traverser l’histoire d’une Amérique fondée sur la violence, et dont les esclaves étaient devenus essentiels au développement capitaliste.

Un roman magnifique dont l’auteur vous parle beaucoup mieux que je ne pourrais le faire.

S.J.

Des sorties à prévoir

Ciné-concert – Concert  –  Conférences

  • Samedi 17 novembre 20h30 – Roseraie de Morailles   – ciné-concert autour de Max Linder par Gaël Mevel (Pianiste, compositeur, sa curiosité l’amène à développer un langage aux frontières de l’improvisation, des musiques contemporaines et du jazz).

Sur la roseraie de Morailles, c’est ici.

roseraie
Max Linder
  • Dimanche 18 novembre – Théâtre du Donjon – Pithiviers – Frédéric Fromet dans Ça fromet en trio ! –

fromet

  • Lundi 19 novembre à 18h –  théâtre du Donjon – Pithiviers – Fabrice Conan propose une conférence sur « La mode au XVIII, une perpétuelle nouveauté ».
mode
La Famille du duc de Penthièvre en 1768 dit aussi La Tasse de Chocolat
Charpentier Jean-Baptiste, le Vieux (1728-1806)
Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon
  • Claude NICOLLIER, astrophysicien et astronaute suisse sera à Saint-Cyr-en-Val  le mardi 20 novembre  à 20h pour une conférence intitulée »Hubble, le défi et la récompense« (salle polyvalente).

Claude Nicollier a effectué quatre missions dans l’espace notamment sur le télescope spatial HUBBLE. Il présentera l’Histoire du télescope, ses missions, l’extraordinaire performance du télescope, le travail effectué sur les photos prises par Hubble.

hubble

Cette conférence gratuite à destination du grand public sera suivie d’un temps d’échange avec Claude Nicollier. Les détails ici.

S.J.

Mon chat le plus bête du monde, et la suite.

Le lundi, c’est lecture !

Certain(e)s – qui se reconnaîtront – me reprochent de ne présenter que des lectures sombres. Alors aujourd’hui, je vais essayer de les contenter avec trois albums de Gilles Bachelet à lire, à relire, à faire lire, à tout âge et sans modération.

Attention, pour les vrais amoureux des vrais chats, certaines images peuvent être déstabilisantes.

mon chat

Dans le 1er album, Mon chat le plus bête du monde, on peut lire sur la quatrième de couverture : «Un ami m’a offert récemment un ouvrage sur les chats. Je ne suis pas arrivé à déterminer à quelle race appartient le mien ». Et pour cause ! L’auteur-illustrateur-narrateur (Gilles Bachelet himself à n’en pas douter), en robe de chambre, l’air un brin lunaire, nous parle de son chat avec la tendresse et la bienveillance qu’on peut avoir pour un être pas tout à fait parfait, mais qu’on aime tant, parce que, quand même, c’est le nôtre….

Le seul petit problème, c’est qu’il nous parle de son chat mais que nous voyons un éléphant (à l’air pas très futé, il est bien vrai). Et c’est là tout le talent de Gilles Bachelet. Ce décalage entre le récit et l’image est vraiment drôle ! Le chat-éléphant nous est montré au quotidien dans les postures et les occupations d’un chat – à courir comme un dératé après une pelote de fil, à sauter de la mezzanine et à retomber sur ses pattes, ou pas (celle-là je ne m’en remets pas !), à faire ses besoins dans sa caisse, à s’avachir tout mou sur le canapé…sauf que ce n’est pas un chat qui nous est donné à voir.

ob_0d6215_9782020660495-5

J’aime beaucoup le graphisme, et les situations sont visuellement hilarantes. Et comme l’illustrateur se met en scène en peintre de son chat, il nous offre de nombreuses références aux grands peintres (son chat étant toujours son modèle préféré).

chat2

Dans Quand mon chat était petit, Gilles Bachelet a eu envie de nous faire partager cet instant si émouvant de la première rencontre avec le petit, ces événements si touchants que sont les premiers pas, les premières bêtises, le doudou qui traîne partout …la vie quoi ! Un vrai plaisir que de retrouver cet animal si étrange (c’est vrai qu’il n’a pas choisi le plus futé de la portée !), touchant, tellement il a l’air à l’ouest déjà dès le berceau.

chat3

Puis dans Des nouvelles de mon chat, il explique que son appartement étant devenu trop étroit pour lui et son chat (on se demande bien pourquoi !), ils partent donc à la campagne où ce gentil chat encombrant va découvrir la liberté, l’espace, et de nouveaux jeux. Ce grand bêta, toujours flanqué de son doudou-carotte, va aussi découvrir l’amour grâce à la charmante chatte du voisin. Et si on s’était trompé (sans jeu de mot) depuis le début et qu’il s’agissait bien d’un chat ???

Même qualité graphique, même poésie, même décalage dans les trois albums, c’est jubilatoire.

Et si vous voulez en savoir plus sur cet auteur obsédé par les carottes,  les champignons, les autruches, les gants de ménage…., lisez ses autres albums !

 

S.J.

 

Garde à vie

Le lundi, c’est lecture !

garde à vieGarde à vie – Abdel Hafed Benotman

Hugues, 15 ans,  est arrêté par la police alors qu’il faisait un rodéo avec une voiture volée. Ce n’est pas lui qui conduisait mais il refuse de dénoncer son copain. Il se retrouve en garde à vue, puis en prison, dans une minuscule cellule qu’occupe déjà Jean, un petit tyran à peine plus âgé que lui. Dès son entrée dans la cellule, Hugues subit la violence de Jean , les humiliations, le racket, la cruauté au quotidien, les menaces sur sa mère, sans parler de l’attitude des gardiens aveugles et sourds à tout ce qui se passe.

Benotman connaît bien le milieu carcéral, il y a passé 17 ans. Il livre ici un roman très noir qui ne cache rien de l’horreur de l’univers carcéral : le sida ravageur, la drogue  faiseuse d’oubli et de conflits, la violence banalisée, la solitude, le désespoir et même le suicide.

Grâce à une écriture sans fioritures, l’auteur dénonce la machine à détruire qu’est la prison, il met une claque au fantasme véhiculé par certains jeunes sur la prison qui ferait d’eux « quelqu’un ».

Le cauchemar que vit Hugues est porté par une langue simple, puissante, rageuse et souvent très poétique, rythmée de slams.

Entre récit réaliste, cru, et divagations, ce roman se lit d’une traite, en apnée, espérant une lueur d’espoir pour Hugues.

S.J.